Chronique d’un été

La fin du mois de juin et le début de l'été sont traditionnellement une période où certaines activités prennent le pas sur d’autres. Des festivals de fanfares, l’on passe aux festivals tout court. L’on sent les relâches, nos hommes politiques sont plus détendus, ils semblent affectionner ces rencontres où la convivialité remplace la notoriété. Les journaux ne sont pas épargnés, nous n’y voyons plus guère d’articles fouillés.

L’on aimerait bien, l’espace d’un été, changer d’horizon, oublier les problèmes nationaux, mondiaux. L’on aimerait oublier le racisme, l’immigration, le chômage, le franc trop cher, le pétrole et le nucléaire. En finalité, nous rêvons tous de vacances, d’une période où l’instant présent importe plus que le reste. Assis au bureau, une bière à la main, j’entreprends le rangement ou plutôt l’élimination de nombreux documents devenus inutiles. Mon regard s’attarde sur quelques coupures me permettant d’en faire la synthèse d’une fin juin riche en événements.16-article-2011

Chef de groupe au sein du Conseil Général de Conthey, j’ai participé à notre séance plénière du 14 juin dernier. Ambiance sereine et détendue pour une assemblée attendue comme ordinaire. Point principal de l’ordre du jour, la validation des comptes s’est faite à l’unanimité. Le rapport de gestion élaboré par une commission dynamique animée par notre collègue David Queloz aura mis en évidence les quelques suggestions nécessaires. Deux données pour décrire cette situation : un amortissement dépassant les 10% depuis 2005 et une dette par habitant de CHF 3'000.-- en 2005 qui passe à une fortune de CHF 363.-- en 2010.

Dans ces conditions, que peut bien trouver à relever votre chroniqueur si ce n’est qu’il invita notre conseil communal à nous présenter l’arrivée prochaine de PhytoArk et solliciter une réflexion quant à d’éventuels allégements fiscaux pouvant revêtir la forme d’une aide à la jeunesse. En finalité, notre seule interrogation insistante et répétitive fut adressée au conseiller Bertrand Denis pour son coaching du plan d’encépagement qui n’en finit pas de s’éterniser. Celui-ci ne manqua d’ailleurs pas de m’adresser sa réponse ne laissant personne indifférent.

À Savièse et Conthey se sont déroulées les deux séances publiques du projet Agglosion. Si la plupart des éléments présentés ont satisfait la curiosité des personnes présentes, n’en figuraient pas moins quelques questions pertinentes dont celle posée par une habitante de Chamoson quant à leur non-intégration au projet.

Cette fin juin annonce également le début de l’été entraînant avec lui sa saison des cigales. Alors qu’Aldo roule son torse nu sur une plage de Sicile, relisant pour la troisième fois le même roman noir, certains politiciens en campagne s’essaient aux déclarations d’intention ou participent aux quelques concours plus destinés à amuser le spectateur qu’à procéder de la compétition réglementée.

Notre célèbre Uluberlu Des Campagnes, je veux parler de Grégory Logan, n’échappe pas à la règle. Après avoir pourfendu le parc régional d’Hérens alors que d’autres s’évertuaient à le définir, l’expliquer et le porter sur les fonds baptismaux, le voilà toujours avec son opposition indéfectible.

Dernièrement ce joyeux personnage participait à la traditionnelle inalpe de Combyre et s’essayait à l’exercice de la raclette. À ce petit concours, il n’en sortit guère grandi. A décharge, l’on peut tout-de-même dire qu’il n’avait pas les doigts dans la … mais dans le fromage !

 

 

2011, journal Le Confédéré, Gillioz