et après …

Notre journal est en fête, il affiche fièrement ses 150 ans. Ses rédacteurs et ses lecteurs le vivent sous le signe de la commémoration. Un anniversaire fait référence à une date alors que notre journal mérite que l’on s’y attarde pour la totalité de son parcours.

S’il nous est important de connaître notre passé, il nous est tout aussi primordial de regarder vers l’avenir. Aragon déclarait un jour : « j’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir »17-article-2011

Aujourd’hui j’ai regardé dans mon rétroviseur. J’y ai vu toute la perplexité d’un pays qui se préoccupe des turbulences internationales, d’une mondialisation qui nous affiche désormais sa face cachée. J’y  ai vu les maux qui nous rongent, mais également les changements qui nous attendent.

Dans 25 ans nos 3 districts de Sion – Hérens – Conthey n’afficheront guère de visage très différent d’aujourd'hui, mais à y regarder de plus près, l’on y observera de nombreuses optimisations initiées par des politiques de collaboration plus intense,  plus efficientes. Si certaines autres régions du canton auront encore à souffrir d’un développement mal maitrisé, nos 3 districts auront bénéficié d’une réorientation des transports et de leur urbanisme. Le projet AggloSion aura joué son rôle de catalyseur. L’effet pendulaire de la ville de Sion sera grandement atténué par une meilleure répartition régionale des sites d’activités. La réorganisation des flux permettra aux habitants d’Ardon, Vétroz et Conthey de se réapproprier la route cantonale pour en faire leur rue principale. Le quartier de la gare à Sion aura été réaménagé dans son intégralité. Les habitants et les gens de passage s’y sentiront à l’aise, ils bénéficieront d’un cadre convivial. D’autres réalisations comme le parc d’Hérens,  le campus de Champsec et même la correction du Rhône auront permis l’émergence de nouvelles opportunités favorisant le rayonnement de notre région.

L’aspect politique de nos trois districts ne sera pas en reste ; certaines communes auront fusionné, d’autres, assises sur un trésor liquide auront vécu d’âpres batailles intestines. La dernière réorganisation cantonale aura fortement réduit l’importance des districts. Les multiples crises politiques auront eu raison des formations dont les mots consensus et intérêt général ne font pas partie de leur vocabulaire.

25 ans dans la vie d’une région c’est à la fois peu et beaucoup. Peu parce qu’il faut du temps pour modeler quelque chose, mais beaucoup lorsque ces changements nous sont imposés de l’extérieur. Quoi qu’il en soit, l’avenir se prépare aujourd’hui !

 

2011, journal Le Confédéré, Gillioz